Urticaire au froid

Sommaire

L'urticaire au froid (UF) fait partie des urticaires physiques c'est-à-dire des urticaires provoquées par des facteurs extérieurs. Ces formes physiques représentent 15 à 20 % de toutes les formes d'urticaires et les urticaires au froid en représentent 2 à 3 %.

Cette pathologie rare touche plus souvent les femmes et les jeunes adultes. Elle est provoquée par le contact de la peau ou de certaines muqueuses avec le froid (air, eau, objets ou aliments froids). Essayons de mieux comprendre.

Différentes sortes d'urticaire au froid

Il existe différentes formes cliniques d'urticaire au froid :

  • Dans 90 % des cas, on parle d'une urticaire idiopathique ou acquise. Cette urticaire a une variante où les symptômes sont localisés.
  • Pour 5 %, on peut être en présence :
    • d'une maladie thyroïdienne ;
    • d'une carence en magnésium ;
    • d'une infection ou une maladie infectieuse (rougeole, hépatite, mononucléose...) ;
    • d'une réaction médicamenteuse ;
    • de néoplasies ;
    • de maladies auto-immunes.
  • Les autres urticaires au froid peuvent être dues à :
    • une anomalie biologique ;
    • une cryoglobulinémie, une cryofibrinogénémie, une maladie des agglutinines froides, une hémoglobinurie aroxystique (dans le cas où des protéines anormales sont à l'origine de l'urticaire au froid) ;
    • une urticaire au froid génétique appelée urticaire au froid d'origine familiale ;
    • l'urticaire cholinergique au froid (urticaire généralisée au cours d'un exercice physique) ;
    • l'urticaire retardée au froid (survient de façon exceptionnelle, il n'y a qu'une dizaine de cas rapportés).

Nous décrirons plus spécifiquement l'urticaire au froid idiopathique.

Symptômes et diagnostic de l'urticaire au froid

Dans l'UF, la peau et les muqueuses réagissent dans les minutes suivant l'exposition au froid. Celle-ci peut se faire via le contact de liquides froids, d'objets froids et/ou d'air froid.

La température absolue n'est pas en cause, c'est l'abaissement de la température de la peau ou celui de la température centrale qui déclenche l'UF.

Bon à savoir : l'urticaire au froid est plus volontiers liée au contact d'objets froids plutôt qu'à celui d'air froid.

Les réactions sont particulièrement mises en évidence aux endroits exposés : nez, oreilles, mains mais elles peuvent se généraliser dans un second temps.

Les signes cliniques de l'urticaire au froid sont ceux de l'urticaire :

  • Lésion élémentaire : maculo-papuleuse oedémateuse rosée, bien délimitée, de taille variable, prurigineuse et fugace.
  • Les lésions apparaissent généralement quelques minutes et peuvent durer de quelques minutes à quelques heures.
  • L'UF est plus souvent superficielle que profonde : seuls 4 % des malades ont un angio-oedème de la langue ou du pharynx après l'ingestion d'aliments froids.

Dans 40 % des cas, les signes cliniques sont accompagnés de signes généraux : fatigue, dyspnée, céphalées, tachycardie, vertiges, arthralgies, douleurs abdominales et fièvre. Ce sont des symptômes plutôt discrets qui ne surviennent que dans les cas d'urticaire au froid sévère.

Le diagnostic d'urticaire au froid est facilement posé par l'intermédiaire d'un interrogatoire bien mené et par un test physique simple : le test du glaçon. Celui-ci consiste à poser des glaçons (dans un sac plastique) sur la face interne de l'avant-bras du malade, avec des temps de pause croissants s'il n'y a pas de réaction positive au premier temps de pause.

Le test est positif si une papule urticarienne apparaît sur la peau exposée en 10 ou 20 minutes.

À noter : il faudra surveiller la zone exposée dans les 48 heures suivant le test. On considère que l'UF est sévère si le test se positive en moins d'une minute, modérée si c'est en 2 à 10 minutes et minime si la réaction apparaît au bout de plus de 20 minutes. Ce test est sensible à plus de 90 %.

Il est possible, en milieu hospitalier, de tenter d'induire une meilleure tolérance. On opère alors sous anti-histaminiques et sous surveillance accrue pour éviter des états de choc.

En cas de résultat négatif au test du glaçon mais de forte suspicion d'UF, on peut pratiquer un test d'immersion : on immerge l'avant-bras dans une eau entre 0 et 8°C pendant 5 à 15 minutes ou en plaçant le malade dans une pièce froide.

Urticaire au froid : traitement

Il repose en premier lieu sur des mesures de prévention :

  • pas d'activités aquatiques ;
  • éviter les sports d'hiver ;
  • prévenir les chirurgiens en cas d'intervention.

En second lieu, on utilise des anti-histaminiques qui entraînent une amélioration à court terme dans 80 % des cas. On peut être amené à associer différents anti-histaminiques en cas d'échec. De même, alors, différentes autres options existent : antidépresseur tricyclique, désensibilisation au froid...

Le diagnostic d'urticaire au froid est assez facile à poser. Il doit par contre s'accompagner d'une recherche d'autres urticaires physiques car dans 20 % des cas, on remarque leur co-existence.

Ces pros peuvent vous aider